Fête de l’Epiphanie

2018

2019

2020

Fête de l’Epiphanie

7 janvier 6 janvier 5 janvier

Chaque année, après Noël, est consacrée la traditionnelle fête de l’Épiphanie, si nous la fêtons en mangeant de la galette des rois à foison, nous ignorons bien souvent pour autant ce que symbolise cette fête et d’où elle tire son origine. Éclaircissements sur la raison pour laquelle nous aimons tant la fête des rois !

Quand célèbre-t-on l’Épiphanie ?

L’Épiphanie est célébrée le premier dimanche de chaque année, soit le premier dimanche après Noël. Symboliquement, elle représente le début du rallongement des jours après des hivers longs et parfois rudes. On compte 12 jours et 12 nuits (chiffre à haute teneur en sens : 12 mois, 12 apôtres, 12 heures, etc…) après le matin de Noël (quelques jours seulement après le solstice d’hiver), et on atterrit au 6 janvier, puis, par extension, au premier dimanche du mois. En tout premier lieu, l’Épiphanie désignait ainsi le renouveau de la lumière, et le rallongement des jours, c’est plus tard qu’elle devint essentiellement chrétienne.

Étymologie, signification, et histoire de l’Épiphanie

La fête de l’Épiphanie devint une fête chrétienne connue de tous à la naissance de Jésus Christ, en l’an I donc.  Elle prend ses origines dans la religion : elle signifie l’apparition du messie (l’enfant Jésus) constatée par les rois Mages dans la crèche biblique. L’Épiphanie originelle a eu lieu le 6 janvier, soit une dizaine de jours après le 25 décembre, date présumée de la naissance du dit messie. Le terme vient du grec phaínō : se manifester, apparaître. Dans la Grèce Antique, les Épiphanes constituaient les apparitions des divinités célestes aux hommes.

Si, dans certains pays, on y consacre un jour férié, il a été institué en 1802 par un légat du Pape, qu’en France, on la célèbrerait le premier dimanche après Noël.  L’Épiphanie consacre également la veille du baptême de l’enfant Jésus dans le Jourdain (selon l’Église Catholique, l’Église Orthodoxe s’en remettant au calendrier grégorien).

Comment célèbre-t-on l’Épiphanie ?

En France, pour célébrer la fête de l’Épiphanie, il est coutumier de se retrouver le premier dimanche de l’année en famille, et de déguster la fameuse galette des rois. Si la spécialité à la frangipane s’attribue une relation étroite avec l’évènement épiphanique, c’est tout d’abord parce que sa dorure et sa brillance symbolisent le retour au soleil et à la lumière après une période froide et obscure : l’hiver.

Il est également coutume de tirer les rois grâce à la fève dissimulée dans la galette. Cette tradition vient des Grecs, qui, pendant l’Antiquité, désignaient le roi du festin des Saturnales grâce à une véritable fève, et pouvaient ainsi saisir l’opportunité d’inverser les rôles entre riches et pauvres, entre propriétaires et serviteurs.  La galette est donc synonyme de retour à la lumière et au soleil, et le fait de tirer les rois revient à la tradition ancestrale des festins romains, et non aux rois mages en tant que tels, même s’ils sont à l’origine de l’Épiphanie au sens chrétien.